• Logo Rallye #2

      

    Dame, Frère, Rivière, Lame, Ouest & Souffrance 

    Il y avait une histoire que personne ne racontait jamais: Celle éphémère des fleurs sur une tombe. Elle ne commençait aucunement par un "Il était une fois" mais elle finissait toujours avec le mot "fin". C'était à chaque fois identique et pourtant chaque fois différent.

    Il existait, autrefois, une forêt immense et tellement dense qu’y entrer relevait du miracle. On contait que dans cette forêt vivaient diverses créatures plus rares encore que merveilleuses et tellement peu habituées à une présence humaine que si jamais on arrivait à en croiser une, celle-ci ne fuyait même pas. On contait aussi de nombreuses légendes et croyances, qui expliquaient ce que les connaissances ne pouvaient expliquer et on racontait qu’il y avait une grande et belle dame qui vivait dans cette forêt avec son frère. Une crinière rousse, de beaux yeux verts émeraude, une taille marquée et un sourire tout à fait charmant, voilà comment on la décrivait. Pourtant, personne ne semblait pouvoir décrire plus en détails la jeune femme. On ne la connaissait pas, et on ne savait même pas si elle existait, mais on aimait parler d’elle.

    Elle n’avait pas de nom exact. On l’appelait souvent Emerald Princess et on l’imaginait vêtue d’une longue robe de velours vert. On l’imaginait vivre dans une petite chaumière tout près d’une rivière qui puisait sa source dans une cascade merveilleuse aux vertus surprenantes et régner sur cette forêt en douce princesse. Pourtant, tous étaient loin de se douter de qui était réellement cette femme. 

    La douceur, elle ne la connaissait plus. La beauté, et la grâce non plus. Elle était laide, hideuse même, agressive et rigide et d’une princesse, elle n’en avait plus rien depuis que son frère aîné avait trouvé la mort dans sa forêt. Elle avait commencé à haïr tout être humain venant se perdre là et peu à peu, elle avait commencé à perdre la tête. Sa douleur était trop forte, disait-elle à sa mère la Nature tous les jours et elle revoyait chaque nuit le corps endormis pour l’éternité de sa moitié.

    Elle l’avait trouvé un matin, une lame plantée dans son cœur à peine plus à l’ouest du grand chêne où il aimait se réfugié. Il rêvait souvent d’une autre vie loin de là et elle l’avait d’abord crut endormis à l’ombre lorsque le reflet du soleil sur l’acier avait attiré son regard. Elle avait couru vers lui et l’avait pris dans ses bras fins. Elle avait pleuré pendant des jours entiers pour tenter de calmer sa souffrance sans jamais y parvenir. Aux yeux de cette dame, un étranger avait pénétré sa forêt et avait tué son frère pourtant elle était loin de la triste réalité : son frère s’était planté lui-même l’arme entre ses chairs pour vivre son rêve.

    Et si l’on tend l’oreille, on peut encore entendre les plaintes de cette dame que la douleur de la perte d'un être aimé à rendue folle.

     © Naeri


  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Octobre 2015 à 17:29

    C'est triste de jeter la faute à quelques chose alors que ce n'est même pas sa la veriter ! Ce texte ma quand même fait rêver, c'est très agréable à lire ! ♥

    2
    Samedi 24 Septembre 2016 à 17:27

    Très bien écrit ! Surprenant, émouvant, et touchant. Voilà les trois mots qui me viennent à l'esprit ^^

    3
    Samedi 24 Septembre 2016 à 20:30

    Junko Eno ! Merci !! Je suis désolée du retard O.O Je n'ai pas été notifiée pour ton commentaire ! ... Oui c'est triste de faire un amalgame, de rejeter la faute sur toute une race alors qu'un seul être est coupable d'un crime... Je suis toutefois heureuse d'avoir réussis à te faire rêver et j'espère te revoir très vite !!

    Sasha, Merci encore. J'ai écris ce texte sur un coup de tête pendant un cours, pêchant des mots ça et là partout où je le pouvais pour me constituer ma liste. Je suis contente qu'il t'ai plut en tous cas !

    4
    Samedi 24 Septembre 2016 à 22:16

    Pendant un cours de quoi ? ^^

    Je me rappelle, en cours, je ne faisais que ça, de la quatrième jusqu'à ma terminale, j'ai pas arrêté. Et pas qu'en français ! x) C'était plus fort que moi, je pouvais pas résister à l'appel du stylo haha !

    5
    Dimanche 25 Septembre 2016 à 09:28

    Je ne sais plus en quel cours j'étais... Mais :D

    Oui écrire est un peu comme une drogue en fait O.O

    6
    Dimanche 25 Septembre 2016 à 09:51

    Un peu beaucoup ! Mais c'est une bonne drogue bonne pour la santé ! ;)

    7
    Dimanche 25 Septembre 2016 à 11:53

    Une drogue sans effets purement néfastes, rien que la sensation de manque en fait.. ! Intéressant !!

    8
    Dimanche 25 Septembre 2016 à 12:30
    Oui très ! ^^


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :