• Le Dernier Virage

    Warning: Homosexual subject  .

    Je suis impulsif, caractériel, impliqué, volontaire, borné. Je suis constamment en train de me mettre en danger. Certains pensent que je suis suicidaire. Je crois que je suis juste accro à l'adrénaline. Je suis franc. Un peu trop parfois peut-être. Je suis un fonceur... J'ai toujours été comme ça, à agir sans réfléchir... Je suis prêt à me battre pour vivre, pour survivre. Je suis juste celui que tout le monde décrit comme un mauvais partenaire... Je suis juste moi-même pourtant. Et il n'y a que toi qui semble le comprendre, que toi qui semble le voir... Toi, mon co-équipier. Toi avec qui j'ai fais les quatre cents coups. Toi que j'ai sauvé et qui m'a sauvé de nombreuses fois. Toi dont je suis irrémédiablement tombé amoureux... Toi pour qui j'ai pleuré bien des soirs à m'en rendre malade. Toi que je tente d'oublier en me noyant dans l'alcool... Toi qui hante mes rêves...

    J'espère que tu me pardonneras... Je sais que tu as ta femme, ta fille... Tu as ta famille... Mais je suis désolé... C'est plus fort que moi. On ne choisit pas pour qui va battre son cœur... On ne choisit pas... Ce n'est pas ta faute... C'est la mienne... Enfin, je crois... Je ne suis plus sûr de rien à dire vrai... Je ne sais plus où j'en suis... Tu me perturbes trop... Je ne t'en veux pas... Ne m'en veux pas... J'ai bien compris que ce serait impossible... J'ai bien compris qu'il n'y aura jamais de "nous" en dehors du boulot... Je suis au courant... Mais tu m'obsèdes... Je n'arrive plus à empêcher mon regard de glisser vers toi... De plus en plus, je peine à réfréner ces fantasmes que j'ai de toi et qui parfois m'excitent honteusement alors que nous sommes en service... Mais que puis-je faire... Je n'arrive plus à oublier ce rêve que j'ai fais de toi, ce rêve où tu me prenais violemment sur la banquette arrière de ta BMW 330i... Je ne peux me défaire de ton visage ravagé par les larmes quand tu t'enfonçais brutalement en moi, me hurlant que j'étais cruel d'oser te faire ça... D'oser t'exciter, te rendre fou, ivre de moi alors que tu avais ta femme... Si tu savais combien je suis désolée...

     

    C'est peut-être pour ça que je suis au volant de ma voiture, à repousser sa limite, à aller toujours plus vite, à me mettre en danger... Je conduis comme un fou, j'en suis conscient. Je mets ma vie en jeu, je le sais... Mais ce n'est que la mienne, personne d'autre n'emprunte cette bretelle par temps de pluie orageuse comme aujourd'hui... Personne...

    J'ai besoin de toi... Mais je ne peux plus continuer à être ton binôme au boulot... Pas uniquement au boulot... Je ne peux plus être de ce duo. Je ne peux plus... C'est trop me demander. Je t'imagine nu près de moi, étreignant fermement mon corps entre tes bras, me faisant gémir... Je me déconcentre trop facilement lorsque nous pourchassons des criminels et mets nos vies en jeu trop souvent maintenant.

    Ta voix résonne dans l'habitacle. Tu m'appelles par le biais de la radio. Tu me supplies de te répondre car tu sais que je t'entends. Ta voix est déformée sous l'inquiétude, mais je ne peux pas répondre... Pas alors que mes larmes envahissent mes yeux et que mes sanglots s'étranglent dans ma gorge. Je frappe le volant du plat de la main à plusieurs reprises, comme si ce geste pouvait te faire taire.

    Tu continues de me parler mais je ne t'écoute plus. Le dernier virage. Le virage le plus mortel se dessine devant moi. Dans quelques secondes à peine, j'y serais. Peu importe que je tourne le volant ou non... Quoi qu'il arrive je finirais dans le décor. C'est comme ça que tout doit finir... Dans les larmes, le sang, l'essence et les flammes.

    Les pneus quittent la route. L'attraction terrestre fera le reste. Je ne sais plus si j'ai tenté d'éviter ça. Tout est tellement flou... Je ferme les yeux. Je ne veux pas voir les arbres, la roche, la fin arriver... En faisant cela, j'incite inconsciemment mes autres sens à s'éveiller. L'ouïe tout particulièrement. Sur les bruits du moteur qui tourne dans le vide j'entends ta voix. Elle crie... Elle crie mon prénom, des insultes. Tout semble ralentit... C'est comme pour que je puisse imprimer convenablement les derniers instants de ma vie. Ma vie qui se termine dans la douleur et les regrets.

     

    Pardonne-moi. La chute sera brutale. 

    © Naeri


  • Commentaires

    1
    Jeudi 29 Janvier 2015 à 21:46
    2
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 20:21

    Uh ??? 

    3
    Dimanche 17 Juillet 2016 à 07:19

    Tellement d'émotions, j'en ai les larmes aux yeux. Je suis complètement transportée par ce texte. C'est accrochant, et je ne peux que tenter d'imaginer le ressentit de son binôme. Ce qui est sûr, c'est qu'il aura des regrets.

    La dernière phrase est vraiment bien tourné, comme tout le texte, en fait :)

    4
    Dimanche 17 Juillet 2016 à 10:06

    Eyh! Bonjour, toi !

    Encore un texte triste, n'est-ce pas ? Je suis contente que tu l'apprécies, ou en tous cas que j'ai réussis à te transporter ainsi. Son binôme va avoir du mal après la chute. La dernière chute... ^^'

    5
    Dimanche 17 Juillet 2016 à 10:15

    Oui encore triste ! Oui tu as bien réussi à me transporté et ça me plaît vraiment ! Oui le pauvre, voilà les regrets qu'il doit avoir... :)



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :