• Je souffre sans haine...

    Warning: Transgender subject  .

    Ça commence par un regard, des promesses. Une romance tard le soir qui s’installe dans nos messages, des balades sur la rive, nos mains qui se tiennent comme si c’était une évidence. Nos balafres partagées, nos déboires racontés, c’est une vie commune qui débute. Des heures entre parenthèses, coupés du monde, juste toi et moi et des surnoms idiots.

    Ça se termine avec des larmes, ma souffrance. Une balle dans le creux de ta tempe qui répand ton sang sur le bitume, des cris, des âmes choquées et qui se plaignent comme s’ils te connaissaient. Nos réservations annulées, nos projets d’avenir balayés en une fraction de seconde, c’est une vie qui s’arrête. Des heures entre parenthèses, coupée du monde, juste moi et mes souvenirs, loin de la réalité.

    Et mes larmes roulent, dévalent mes joues, tombent sur le carrelage. Elles n’emportent pas la peine. Ma douleur reste la même ; Déchirante, lancinante, affreuse… L’effet d’une bombe ne ferait pas moins mal. J’ai abîmé ma voix à trop t’appeler, à trop crier comme si tu pouvais m’entendre, comme si ma voix pouvait t’aider à te relever. J’ai perdu une moitié de mon esprit, une partie de mon être, mon cœur, lorsque ton cœur s’est arrêté.  

    Mes sourires ont désertés mes lèvres, ma force s’est envolée avec toi, ne laissant qu’un cadavre à peine capable de tenir debout. La lumière s’est éteinte, j’ai plongé dans l’obscurité et glissé sur une pente. Le gouffre dans lequel je rampe n’a pas de fond. L’envie de vivre n’a plus de raison d’être, la survie est à peine une idée présente dans mon esprit.

    Tu as donné de l’amour à ma plume, tu avais tout pour me plaire, tout pour que je tombe. Une histoire sans fin m’a fait rêver, mais aujourd’hui je comprends que tout à une fin. Je survis sans haine. Je suffoque sans toi. Que vais-je devenir, femme sans roi ?

    Et dans ces temps terribles, je souffre sans haine de ta perte tragique. Tu as pressé la détente, appuyé sur la gâchette ; Le poids des maux t’a fait ployer. Les regards injustement haineux, les mots qui critiquent, les gestes qui font mal… Tu as lâché prise, abandonné. Ton sang s’est répandu dans la rue, je ne pensais jamais en voir autant. Il a coulé le long des caniveaux, maculé la terre autant que broyé mon âme.

    Tu m’as abandonné, tu m’as laissée là, incapable d’affronter la vie sans toi. Perdue, comme Peter sans son ombre, comme une boussole sans le sud… Qu’est-ce que je vais devenir sans toi ?

    Et je vois les images de notre vie défiler, des photos, de vieilles cassettes vidéo… Des souvenirs qu’on devait partager avec nos invités, au matin de notre mariage. Et les flyers du banquet qu’on avait rêvé me foutent à terre. Ma robe de mariée, encore emballée, me vrille l’estomac. Je voulais que ça soit toi. Depuis le début, ça devait être toi. Homme coincé dans le corps d’une femme.

    Je t’ai vu changer, devenir toi, qui tu étais vraiment au plus profond de toi. Je t’ai vu t’embellir de jour en jour. J’ai vu ton sourire s’agrandir malgré les maux et les coups durs de la vie. J’ai vu ton visage se déformer sous les rires, et c’était le plus beau des cadeaux. On avait tant de chose encore à partager, tant de choses encore à construire. Mais tu n’es plus là. Tu me laisses sans toi. Perdue, déboussolée, dépossédée, sans convictions, avec un trou béant au milieu de la poitrine. Une plaie géante qui ne cicatrisera jamais vraiment.

    On était beaux, toi et moi. On avait une vie devant nous. Une vie que t’as choisis d’abandonner parce que les regards qu’on posait sur toi n’étaient pas les bons. Parce qu’on voyait un monstre avant de voir l’immense générosité et l’extrême bonté qui t’habitait. Une vie que t’as laissée derrière toi parce que des gens n’acceptaient pas ta différence, ne t’acceptaient pas toi. Tu étais différent, c’est vrai ; Tu tendais ta main à tout le monde, tu donnais sans rien attendre en retour.

    La vie ne t’a jamais fait de cadeaux… Mais tu t’accrochais… Jusqu’à hier soir. 

    © Naeri


  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Avril à 07:13

    C'est horrible. Parce que ces choses là arrivent vraiment. Parce que ces regards, cette haine, et ce jugement sur la différence, à toujours été là. Mais elle est aujourd'hui plus forte chaque jour.

    Je te dirai bien que tes mots sont magnifiques, mais je ne peux pas. Parce que c'est avant tout l'horreur de notre société qui ressort. Par contre, tu as parfaitement retranscrit tout ça !

    Lire ça au petit matin, encore dans le lit, ça fait direct verser quelques larmes. Je suis émue par ta façon d'écrire, de décrire le monde dans lequel nous vivons. Et je t'encourage à continuer ces messages, ces mots de soutient à l'égard de ceux qui vivent ce calvaires. Et qui imposent la réflexion à ceux qui sont contre tout ça.

    Alors je te dis merci. Merci pour eux. Pour tout ceux qui on besoin de ce soutient !

    2
    Dimanche 30 Avril à 09:32

    Je te remercie Sasha. Je savais que tu me soutiendrais sur ce coup-là aussi... Oui, ce genres de choses arrivent vraiment et c'est ce que je veux dénoncer. Ce n'est pas grand chose, ça n'a pas une grande portée pour le moment mais...

    Je ne peux pas dire être contente d'avoir écris ça, ni même être heureuse d'avoir su retranscrire ça, mais merci encore une fois. Ca me fait plaisir.

    Quand je te disais hier, que j'avais réussis à me faire pleurer toute seule... Tu me comprends maintenant ??

    Je continuerais, parce que les mots sont une arme pour moi autant qu'un défouloir, un refuge,... Mais ça tu le sais déjà. ♥

     

     

    3
    Dimanche 30 Avril à 09:40

    Tu sais bien que je te soutiendrais toujours pour ces choses là ❤ Non, ça n'a pas une grande portée pour le moment, mais ça finira par en avoir.

    Je comprends tout à fait, et je vois ce que tu veux dire. Je me foutais que ce serait un triste texte, sur ces fatalités de la vie, et liré ça m'a fait ressentir bien des choses.

    J'ai beau le savoir, ça fait du bien de voir à quel point les mots peuvent avoir du pouvoir ❤

    4
    Dimanche 30 Avril à 09:48

    Je ne cherche pas à avoir une grande portée non plus. Mais merci :D

    5
    Dimanche 30 Avril à 10:12

    Ou là, je viens de me rendre compte de mes fautes ! x) Vilain correcteur ! J'aurai dû me relire.

    En tout cas, même si je l'ai déjà dit, ta façon d'écrire est poignante.

    6
    Dimanche 30 Avril à 10:15

    Pas de soucis, j'ai su décoder au travers des fautes d’auto-correcteur. Je m'en étais doutée, haha ! Merci beaucoup, encore une fois ♥

    7
    Dimanche 30 Avril à 11:55

    Je sais pas quoi dire parce que.. Ça m'a mis mal à l'aise sans mentir. J'avais pas compris jusqu'à la dernière phrase, du coup...

     

    8
    Dimanche 30 Avril à 14:31

    Wow .

    Purée, ton texte m'a fait limite chialer en fait. Mais comme je suis un homme, seule une larme s'apitoyait au bord de mon nonoeille . Elle n'a cependant pas coulé, grâce à ma patience et à ma splendide maîtrise du non-pleurage . [Une technique que seuls certains peuvent connaître].

    -----

    Naeri, c'est vraiment beau. Ta plume, ta délicatesse, et la tristesse poignante qui nous survient soudainement à la fin...

    Les dires de ce texte témoignent d'un grand sentiment, que j'ai ressenti durant toute cette lecture. Celle de la solitude, ou peut-être de la peur qui reste  décrite de façon si particulière.

    Ces mots choisis, ces mots forts qui nous prennent au dépourvu . Je comprends un peu Morgane, mais je ne peux pas nier que je pense avoir lu un des meilleurs putain de texte de toute ma vie, bordel. 

    Tu as un talent que tu exploites très bien. Une maîtrise de la langue française presque parfaite, des métaphores bien soulignés et bien maîtrisés .

    Rien n'est aussi cool que de lire un texte qui ma foi, donne la chair de poule. J'admire cette patience, et surtout ce savoir-faire. Ce travail artisanale qui te ressemble tant, et putain de merde, c'est beau.

    Bravo Naeri. Et je t'aime, sale moche.

     

     

    9
    Dimanche 30 Avril à 15:40

    Morgane, je ne sais pas trop quoi te répondre hormis que je n'ai pas écris ce texte pour mettre à l'aise. Merci d'avoir pris le temps de laisser un petit mot ♥

    Su, tu m'offres une belle surprise. Je ne pensais pas trouver un pavé sur un de mes textes mais je suis touchée. Vraiment.

    Haha, je sais que tu maîtrises à la perfection le non-pleurage. Il n'y a d'ailleurs que toi qui la maitrise si bien ♥

    Je suis ravie que tu aies ressenti tout ça, c'est une petite victoire pour moi. "un des meilleurs putain de texte de toute [ta] vie", rien que ça ? Je dois probablement rêver, mais ça me fait extrêmement plaisir !

     

    Mille merci à toi ♡ Je t'aime aussi, haha :P ! 

     

     

    10
    Dimanche 30 Avril à 15:43

    T'es vraiment forte. Ouai . Un putain de beau texte bordel. Il est vraiment cool. 

    Le non-pleurage... Alala. Trop complexe pour toi sale naine.

    11
    Dimanche 30 Avril à 15:45

    Ouais, beaucoup trop complexe. Mais tu m'apprendras, un jour, Ô grand maître du non-pleurage ? ;)

    12
    Dimanche 30 Avril à 15:47

    Nan pask'en vrai c'est trop facile à maîtriser et tu vas m'dépasser donc nan.

     

    13
    Dimanche 30 Avril à 15:51

    Ah... Mince :(

    14
    Dimanche 30 Avril à 16:01

    Encore un beau texte rempli d'émotion !

    C'est un sujet assez délicat et la plupart des personnes ne se rendent pas compte que leur jugement peut vraiment entraîner la mort de quelqu'un :$ On regarde trop les apparences, et pas assez ce qui est vraiment important. Et c'est vraiment bien expliquer dans ce texte j'aime beaucoup ^-^ (comme d'hab quoi xD)

    15
    Dimanche 30 Avril à 16:31

    Merci Utarei, c'est vraiment agréable de lire pareil commentaire, ça me fait plaisir. ♥

    16
    MrsSnoow
    Mercredi 26 Juillet à 17:12

    Je ne sais pas trop quoi dire après ça ! Ton texte est vraiment magnifique, plein de tristesse mais magnifique.

    Continue, tu as un réel talent je t'assures ! <3

    17
    Mercredi 26 Juillet à 18:26

    Oh !! Tu es adorable ♥ Merci !!!



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :